Pourquoi as-tu choisi de travailler à distance depuis le Mexique ?

Comme Visplay proposait déjà la possibilité de travailler à distance bien avant la pandémie de Covid-19 et que nous disposons de l’équipement et de l’infrastructure nécessaires, il m’est possible de délocaliser mon travail de chez moi au Mexique. Ce pays est immense et il est impossible de le découvrir vraiment en vacances. En mars 2023, j’ai donc décidé de partir pour séjourner plus longtemps dans le pays.

Et pourquoi as-tu choisi le Mexique comme destination ?

Je voulais améliorer mon espagnol, voir de nouvelles choses du Mexique et peaufiner ma technique de surf sur une période plus longue. J’étais déjà allé plusieurs fois au Mexique pour de courtes vacances et j’ai toujours été impressionné par la convivialité et la diversité du pays et de ses habitants. De plus, le Mexique est très varié sur le plan culinaire et découvrir de la bonne nourriture et de nouveaux plats est l’un de mes hobbies lorsque je voyage.

Quels sont les défis que peut poser un tel séjour ?

Le décalage horaire a représenté un petit problème. Je devais être prêt pour les réunions dès 7 heures le matin, afin de pouvoir être avec mes collègues en Allemagne à 15 heures. La plupart du temps, je commençais à travailler peu après 6 heures du matin, alors qu’en Allemagne je commençais plutôt vers 8 h 30.

Où as-tu passé le plus de temps ?

J’ai passé la plupart de mon temps à « Mixcoac », un quartier très central de Mexico. Mon Airbnb était bon marché et situé dans un centre culturel disposant d’une bibliothèque, d’un studio de danse et diverses entreprises hébergées.

Qu’est-ce qui t’a le plus plu à Mexico ?

C’est le quartier de « Coyoacan » qui m’a le plus plu dans la ville de Mexico. Ici tout est très vert, l’art est omniprésent et on y trouve également la maison de Frida Kahlo et Diego Rivera.

Comment as-tu organisé tes horaires de travail au Mexique ?

J’ai expérimenté le travail dans les endroits les plus divers : dans un Airbnb, dans des cafés, dans des salles d’escalade ou en camping. La difficulté est de trouver un bon réseau Wi-Fi. Ce qui est très facile dans la ville de Mexico s’avère plus difficile dans les endroits plus reculés et j’ai dû parfois me connecter via le réseau mobile.

Et où le travail s’est-il avéré le plus facile ?

J’ai remarqué que les cafés et les salles d’escalade, par exemple, étaient les lieux où il était le plus facile de se concentrer et de trouver l’inspiration. Dans l’Airbnb, cela fonctionnait bien également. Toutefois, les autres lieux permettaient d’être davantage concentré et de se retrouver avec des « collègues qui pratiquaient également le travail à distance » et qui avait les mêmes idées. Dans la salle d’escalade, c’était vraiment bien. On pouvait tout simplement aller grimper un peu durant les pauses et avoir ensuite l’esprit libre pour de nouvelle idées.

Qu’as-tu fait au Mexique en dehors de ton temps de travail ?

Au lieu d’aller à la plage pour surfer, j’ai préféré aller plus au nord, lorsque le volcan de la ville de Mexico était en éruption. J’avais déjà exploré le sud à plusieurs reprises lors de vacances précédentes et il était donc intéressant de voir aussi le nord du Mexique. Ici, il fait plus sec et plus chaud, mais les nuits sont parfois plus fraîches.

Et quelles ont été tes expériences culinaires ?

Être au Mexique en tant que personne qui ne mange pas de viande, ce n’est pas si simple. Les Mexicains aiment manger leurs carnitas et leurs tacos avec toutes sortes de viandes. Mais j’ai également trouvé quelques endroits où l’on peut déguster de bons plats végétariens. Et au petit-déjeuner, les chillaquiles ou les gorditas, ça marche toujours. Les Mexicains adorent leurs papitas et salsas. Rien ne se fait sans salsas. Les sauce chamoy et tajin relèvent la saveur du verre de bière et donnent un peu de piquant aux fruits et à tout ce que l’on peut imaginer.

Y a-t-il un endroit que tu as particulièrement apprécié ?

La ville de Zacatecas au nord m’a particulièrement plu. Son centre historique et ses montagnes (ou plutôt ses collines), les nombreux cafés et restaurants végans ainsi que la possibilité de faire de l’escalade m’ont incité à y rester un certain temps.

Que retiens-tu de ton séjour au Mexique ?

Ce que j’ai appris après le premier mois, c’est que 8 heures de travail en Allemagne valent aussi 8 heures de travail au Mexique. On travaille certes dans un autre pays, mais ce ne sont pas des vacances pour autant. Il faut bien planifier son temps et éventuellement travailler le soir pour découvrir tous les musées et les curiosités.